Oncofertilité > A propos de l'oncofertilité

Nous contacter

Où ?

Centre de procréation médicalement assistée (PMA) du CHC
Clinique Saint-Vincent - 2e étage
rue François Lefèbvre, 207
4000 Rocourt - Belgique
 

Quand ?

Du lundi au vendredi
 

Comment ?

En téléphonant au secrétariat: 04.239.47.75 du lundi au vendredi de 8h à 16h
En cas d’urgence: 0473.80.30.72
En contactant un des médecins
Par mail: centrepma@chc.be
 
En précisant TOUJOURS qu’il s’agit d’une consultation urgente d’ONCOFERTILITE


A propos de l'oncofertilité


Actuellement, les traitements contre les cancers ont énormément progressé et permettent aux patients d’envisager l’avenir à long terme. Ce futur qui se dessine après la guérison s’articule sur de nombreux projets, dont celui de devenir parent.


L’efficacité des traitements anticancéreux va de pair avec une certaine agressivité pour les cellules, et malheureusement cette agressivité n’est pas sélective. Elle touche, au-delà des tissus cancéreux, toutes les cellules, principalement celles qui se divisent vite.
 

La destruction des cellules non cancéreuses par la chimiothérapie et/ou la radiothérapie se manifeste par des effets secondaires à court terme comme des nausées et des vomissements par atteinte des cellules digestives, ou la perte des cheveux par atteinte du follicule pileux. Ces effets bien connus sont visibles et donc identifiables.

Certaines cellules sont par contre atteintes de façon beaucoup plus discrète et les manifestations sont moins évidentes à identifier et/ou ou plus tardives à apparaitre. C’est  le cas pour les cellules de la reproduction situées dans l’ovaire et le testicule.
 

L’atteinte des cellules germinales ne se manifeste par aucun symptôme visible chez l’homme. C’est seulement au moment où il essaiera d’être père que les examens du sperme mettront en évidence la diminution ou l’absence de spermatozoïdes.
 

Chez la femme, les troubles dans la régularité des règles peuvent être un signe d’appel, tout comme l'interruption des cycles alors que la femme est encore (très) jeune et parfois sans enfant (ménopause précoce).


Ces effets secondaires chroniques et tardifs des traitements anticancéreux sont prévisibles et certaines mesures peuvent être prises avant, voire pendant, les traitements pour préserver la fertilité après la guérison.


Envisager l’avenir sereinement et réaliser le moment venu ses projets parentaux sont des éléments essentiels qui influencent la qualité de vie. Il revient aux médecins d’optimaliser autant que possible la prise en charge de la préservation de la fertilité.

 

L’oncologue est l’acteur principal dans la prise en charge du cancer, et le spécialiste de la fertilité est un maillon fort dans la prévention des atteintes de la fertilité. Leur collaboration étroite, bien souvent menée dans l'urgence, permettra d’agir efficacement au bon moment pour mener à bien le combat thérapeutique contre le cancer tout en préservant le projet parental.
 

De cette collaboration nécessaire est née la notion d’oncofertilité, utilisée pour désigner les moyens mis en oeuvre pour préserver sans délai la fertilité au moment du diagnostic de cancer.