FAQ

Questions fréquentes

Y a-t-il un âge limite pour recourir à la fécondation in vitro?


Oui, pour la femme
En Belgique, l'âge limite légal pour réaliser une fécondation in vitro est fixé, jusqu’à ce jour, à 45 ans et à 43 ans pour le remboursement par les mutualités.

En pratique, les résultats médiocres obtenus après 42 ans amèneront probablement le législateur à revoir à la baisse la date limite pour le remboursement.

Notre centre suit la loi du remboursement et limite actuellement la prise en charge classique à 43 ans. Au-delà de cet âge, nous invitons le couple à s’orienter éventuellement vers le don d’ovocytes, seule solution réellement  efficace au-delà de 42 ans. Aucune dérogation à cette attitude n’est acceptée afin de ne pas orienter le couple vers une solution sans issue et coûteuse.
  
Non, pour l’homme
Concernant l’âge du père, il n’existe pas de limitation légale.

Nous demandons aux pères de plus de 50 ans qui s’engagent dans un projet parental de réaliser un bilan de santé, afin de mettre éventuellement en place des aménagements à leur mode de vie en fonction des facteurs de risque ou des anomalies mises en évidence. Ces situations sont discutées et des alternatives sont envisagées lorsque la vie du père, ou de la mère, est menacée à court ou moyen terme. Cette façon de faire permet d’assurer au mieux la continuité de la charge parentale et/ou d’envisager un encadrement alternatif pour l’enfant.


Est-il possible de faire une FIV avec don d'ovocytes et/ou de sperme à St-Vincent ?


Oui.
Voir ici pour le don d'ovocytes
Voir ici pour le don de sperme


Pourquoi une donneuse d'ovocytes doit-elle avoir eu des enfants?


Il s'agit une recommandation tout à fait justifiée du Conseil supérieur de la santé de notre pays, qu'en principe tous les centres sont invités à suivre.

Il y a deux raisons.
La première, et sans doute la plus importante, est exprimée comme suit: "(...) Les risques éventuels sur le plan de la fertilité des donneuses sont inconnus. En théorie, l'apparition d'adhérences péri-ovariennes induisant une infertilité mécanique est possible. Il est préférable de recruter des donneuses d’ovocytes dont le désir de maternité est satisfait (...)".

La seconde est davantage d'ordre psychosocial. Si l'on veut éviter que des liens inadéquats se créent entre la donneuse et l'enfant à naitre, on recommande d'éviter dans les dons, et dans les dons dirigés en particulier, d'utiliser les ovocytes d'une femme qui n'a pas été elle-même mère et qui ne peut donc appréhender cette situation totalement.
 


Peut-on choisir le sexe de son enfant?


Non. En dehors des maladies génétiques liées au sexe, cette sélection est interdite par la loi.


La congélation des embryons est-elle limitée dans le temps?


Oui. Selon la loi belge, les embryons doivent être cryopréservés durant cinq années. Passé ce délai, le couple peut demander leur destruction s'il n'a plus de désir d'enfant ou les donner à un couple infertile qui souhaite procréer.

Le don d'embryons est toujours anonyme et réservé à des couples qui n'ont aucune autre possibilité de conception.


Le centre de PMA de la Clinique Saint-Vincent prend-elle en charge les personnes de nationalité française?


Oui. Un devis peut être obtenu auprès de Carine Garnier (tél. 04.239.46.24, carine.garnier@chc.be).


Les mères célibataires peuvent-elles recourir à la PMA?


Non. Actuellement, sur avis du comité d’éthique, le centre de PMA de la clinique Saint-Vincent ne prend en charge que les couples hétérosexuels et homosexuels femmes se connaissant depuis plus d’un an.

A noter que la grande majorité des hôpitaux belges qui prennent en charge les demande de femmes célibataires exigent que la patiente soit au moins âgée de 30 voire 35 ans. Ceci pour donner à l'enfant l'opportunité d'avoir un père tout en laissant du temps à la mère potentielle avant que sa fertilité ne commence à décliner.


Quand les journées d'information ont-elles lieu?


Chaque premier lundi du mois, à 19h30, à la Polyclinelle.
Voir ici


Combien coûte une fécondation in vitro?


Depuis juillet 2003, les frais inhérents au travail de laboratoire (collecte des gamètes et culture des embryons) sont couverts par l’Inami, à raison de 6 essais (prélèvements et mise en fécondation d’ovocytes) pour une femme âgée entre 18 et 42 ans.

Les frais restants sont le ticket modérateur des actes couverts par la mutuelle et des médicaments, les suppléments d’honoraires liés aux actes médicaux et à l’accueil en salle de fauteuil pour les transferts d’embryons (non couverts par la mutuelle).

Un devis peut être obtenu auprès de Carine Garnier (tél. 04.239.46.24, carine.garnier@chc.be).





Vous avez une question?

Envoyez-nous un mail à centrepma@chc.be